communes
tr
cc
accueil
cc
mail
cc
anglais
cc
francais
tr
cc
blason_trans
cc cc
Accueil
Les 3 communes
Actualités/Associations
Projets / Réalisations
Nos commerçants
Nouveau Syndicat Ecole Maternelle
Vie quotidienne
Tourisme
cc Activités et loisirs
cc Patrimoine bâti
•  
•  
•  
•  
•  
•  
•  
•  
•  
•  
•  
cc Patrimoine naturel
cc Hébergement et restauration
cc Produits régionaux
Agenda
Petites annonces
Près de chez nous
Liens utiles
Contact
Mentions légales
   

Les toitures
vague

cc
Les toitures corréziennes, à travers leurs matériaux et leurs formes, contribuent largement au caractère du pays.
Les formes les plus spécifiques que l'on rencontre sur le territoire sont sûrement le toit brisé et le toit à 2 pans-2 demi-croupes (caractéristique des zones de plateau de moyenne Corrèze). D'autres formes, plus classiques, existent aussi : le toit à 2 pans-2 pignons (les plus fréquents), ou encore celui à 2 pans-2 croupes qui correspondait souvent aux demeures plus aisées.

Schémas des différentes formes de toitures
2 demi croupes / 2 croupes / 2pignons / brisé

Les lauzes :
Ces dalles de schiste bosselées sont aussi appelées phonolithes à cause du son de cloche qu'elles émettent lorsque l'on tape dessus. Elles sont taillées en écailles, épaisses de 2 à 4 cm.
Très lourdes, elles nécessitent des charpentes particulièrement solides aux voliges très épaisses. Les lauzes sont fixées sur les voliges par des clous (méthode la plus ancienne), des chevilles de bois ou encore à l'aide de glaise au mortier.
La technique de disposition de ces "écailles" sur une toiture s'apparente au puzzle où chaque pièce se place par rapport aux autres. Cela nécessite un savoir faire particulier que certains artisans locaux ont su conserver.
L'épaisseur de la lauze lui confère une résistance exemplaire ainsi qu'une bonne isolation thermique. Sa durée de vie dépasse largement les 100 ans et permet aujourd'hui, alors qu'il n'existe quasiment plus de lauzières en activité en France, de réutiliser d'anciennes lauzes pour de nouvelles constructions ou pour de la rénovation.
Matériau rare, difficile à travailler et donc très coûteux, la lauze est de plus en plus remplacée par l'ardoise.
L'ardoise :
Tout comme la lauze il s'agit d'une roche schisteuse, dérivée de l'argile et qui se décompose en feuillets.
L'ardoise d'Allassac et de Travassac (en Corrèze) exploitée depuis le 16e siècle s'est imposée sur l'ensemble du département. De petite taille, carrée ou en écaille, elle a des qualités esthétiques et techniques (non gélive, recyclable…) qui lui ont permis de résister à la concurrence des ardoises d'Angers et d'Espagne. Elle se différencie notamment par son apparence relativement épaisse (pouvant aller jusqu'à 9 mm), sa légère irrégularité et sa couleur gris-bleutée.
Beaucoup plus légère que la lauze elle se pose à l'aide de clous (nécessitant des ardoises percés) ou sur crochets et ne nécessite quasiment pas d'entretien. Sa durée de vie dépend de la qualité du gisement, et peut varier de 70 à 300 ans!


Lauzes et ardoises Lauzes Exemple de toit brisé Exemple de toit brisé (Château de Pebeyre)

cc cc
cc-doustre-plateau-etangs.fr
cc cc
 

cc