communes
tr
cc
accueil
cc
mail
cc
anglais
cc
francais
tr
cc
blason_trans
cc cc
Accueil
Les 3 communes
Actualités/Associations
Projets / Réalisations
Nos commerçants
Nouveau Syndicat Ecole Maternelle
Vie quotidienne
Tourisme
cc Activités et loisirs
cc Patrimoine bâti
cc Patrimoine naturel
•  
•  
•  
•  
cc Hébergement et restauration
cc Produits régionaux
Agenda
Petites annonces
Près de chez nous
Liens utiles
Contact
Mentions légales
   

Eau
vague

cc
Le Doustre et la retenue de la Valette
Classée en 1e catégorie pour la pêche, la petite rivière du Doustre a un cours lent et sinueux aux abords souvent sauvages, au fond de profondes gorges. Elle prend sa source près de la ville d'Egletons pour déboucher dans la Dordogne juste avant la ville d'Argentat, dans la retenue du Sablier. Sur le territoire de la CDC elle est gérée par l'AAPPMA de Marcillac et celle de la Roche Canillac. On peut y pratiquer tout type de pêche et y découvrir de nombreuses petites truites, signe d'une grande qualité de l'eau. Avant la construction du barrage de la Valette, le cours du Doustre était beaucoup plus rapide et de nombreux moulins s'égrainaient le long de la rivière. Très peu ont été restaurés et les autres sont maintenant plus ou moins en ruines.
La retenue EDF de la Valette, gérée par l'AAPPMA de Marcillac, est, elle, classée en 2e catégorie. D'une surface de 220 ha et longue de 8 Km, on y trouve des carnassiers, des sandres, des perches, des brochets ou encore des cyprinidés ainsi qu'un parcours "carpe de nuit".

Le Doustre Le Doustre en hiver Le Doustre le long de la D131 (Commune de St Bazile) Le Doustre au niveau du Pont de Sagne (Gros-Chastang)

La Dordogne
Qu'elle soit considérée comme une rivière ou comme un fleuve, la Dordogne prend sa source au Puy de Sancy dans le Puy de Dôme, puis traverse successivement 4 autres départements (la Corrèze, le Lot, la Dordogne et la Gironde) avant de confluer avec la Garonne, au bec d'Ambès (estuaire commun avec la Gironde) 500 Km plus loin. Née il y a moins de 300 000 ans, elle est le résultat de la fonte des glaces au cours d'une période post-glaciaire.
Lieu de pêche hautement réputé, bien que parfois difficile d'accès, la rivière héberge sans distinction truites, perches, brochets, sandres, carpes, gardons et autres espèces qui font le bonheur des adeptes de l'activité.
Ses gorges formées d'à-pics rocheux et de forêts sauvages, quasiment inviolées par l'homme, sont un milieu privilégié pour la faune qui offre ainsi une diversité spécifique ne pouvant que ravir tous les naturalistes.
Cinq grands barrages hydroélectriques émaillent son cours supérieur tels que celui de Bort les Orgues, de l'Aigle ou encore du Chastang.
Sur le territoire de la CDC, seule la commune de Gros Chastang est traversée par la Dordogne.
Un peu d'étymologie…
La Dordogne doit-elle son nom aux deux torrents qui se rejoignent sur les flancs du Puy de Sancy, la Dore et la Dogne pour former la Dordogne? Cette hypothèse est réfutée par bien des spécialistes qui assurent que l'origine du nom vient du celte "dor don" signifiant "eau profonde". De nombreux autres noms, toujours dérivés de cette racine celte, ont précédés celui que l'on connaît aujourd'hui : Duranius, Dornonia (8e siècle), Dordona (13e siècle) Dordoigna (14e siècle) ou encore Dourdoigne (17e siècle)…

La Baie de Pramel sur la commune de Gros-Chastang La Baie de Pramel sur la commune de Gros-Chastang La Baie de Pramel sur la commune de Gros-Chastang La baie mitoyenne entre Gros-Chastang et Marcillac la Croisille

Les ruisseaux
De nombreux petits ruisseaux, pour la plupart affluents du Doustre, quadrillent le territoire : ruisseau des Vergnes, de l'étang Ferrier, de la Bétaille (ou du Fraysse), du Travers, de Champagnac, du Gaud, de Gane Chapou… Donnant parfois lieu à de petites cascades (exemples : cascade du Perbos, cascade du ruisseau de Lamat…), ils représentent l'une des richesses des promenades, balisées ou non, auxquelles vous pourrez vous adonner au sein de la Communauté.


Ruisseau du Chassang entre Le Chassang et le Teil (Champagnac) Le ruisseau de Gane-Chapou (Clergoux) Le ruisseau de l'étang Ferrier (St Pardoux) Le ruisseau du Gaud (Gumont)

Les étangs
Beaucoup ont vu le jour sous l'ancien régime par décision des seigneurs des lieux qui les ont créés en faisant établir des digues sur les cours d'eau, au sein de larges cuvettes humides. A l'origine aménagés pour la pisciculture, ils ont ainsi offert une ressource supplémentaire au territoire à travers la production et le commerce des poissons d'eau douce. Certains étangs auraient également fait de l'élevage de sangsues pour la médecine.
L'étang est un écosystème bien particulier abritant une faune et une flore spécifique et où s'opère une auto-épuration. Sensible aux pollutions, il nécessite un entretien constant pour lutter contre l'envasement et la prolifération de la végétation aquatique. La vidange de l'étang se fait par une buse placée dans la partie inférieure de la digue, elle est fermée en amont par une vanne appelée bonde ou par un moine (sorte de puits dont un coté est constitué de planches que l'on peut empiler pour régler le niveau de remplissage). Un trop plein fermé par une grille permet d'évacuer le surplus d'eau en période de crue.
De nos jours, les étangs du plateau, majoritairement privés, sont essentiellement un lieu de loisir (pratique de la pêche, des sports nautiques) ou d'agrément.
Carte de localisation des étangs, dans la rubrique "pêche"

L'étang de Pissevache (Gumont) L'étang communal du Bos Redon (Clergoux) L'étang communal de la Gane (Champagnac) L'étang des Agadis à Sédières (Clergoux)

cc cc
cc-doustre-plateau-etangs.fr
cc cc
 

cc